Un "Poti Poromu" :  véhicule amphibieTaravana

Encore et toujours une idée Taravana ...

Cliquez pour agrandir l'image
Pas encore de photo car ce n'est qu'un projet pour le 40ème anniversaire de mon arrivée en Polynésie !.

Une idée pour mes amis polynésiens, surtout à ceux qui vivent sur un motu (petite île de sable sur le lagon) et qui doivent se rendre de temps en temps sur la "grande" île où se trouvent les commerces, voiture bien utile.
Voici donc un engin : poti pour bateau et poromu pour route.

Un autre avantage si ce véhicule est à vapeur, on pourra utiliser la noix de coco qui donne un charbon de bois très efficace pour chauffer la chaudière .... Les cocotiers sont particulièrement nombreux sur le motu !

le plan du projet

Cliquez pour agrandir l'image

les idées techniques

1 - chaudière de type SCOTT avec brûleur à rampe
2 - machine issue du ROQUET (1ère version non utilisée) : 2 cylindres à simple effet
3 - mécanique permettant de naviguer ou de rouler

les inconnues du projet

A - une ligne de flottaison à déterminer en fonction de la masse embarquée
b- une pompe de ré-alimentation ? à tester avec cette mini-chaudière
C - si cela  fonctionne, il faudra un niveau
D - un régulateur de chauffe miniaturisé ? à tester également

premières avancées ou recherches d'idées ... sur le site !

Cliquez pour agrandir l'image


le brûleur à rampe et la chaudière


Il sont déjà évoqués au paragraphe 14 dans cet
brûleurs 2
Cliquez pour agrandir l'image

la machine


on en trouvera des plans dans cet
loco Le Roquet

la commande du choix de fonctionnement


que l'on retrouvera (un seul un embrayage) dans cet 
moteur 1.35 avec inverseur
Cliquez pour agrandir l'image

des pignons


pour les chaînes, il en faudra : construction dans cet
usinages 5

des roues à aubes


comme celle de ce bateau dans cet 
le pousseur
Cliquez pour agrandir l'image

des roues pour la route


on a le choix dans cet album ou le suivant
roues 1

Comme on le voit, un projet qui risque de s'éterniser mais qui verra le jour, on peut toujours rêver,
avant le quarantième anniversaire de mon arrivée en Polynésie, au mois d'août 2021 !!!

un peu de mécanique avec le lotur et le problème de l'embrayage

Cliquez pour agrandir l'image

le moteur

provient essentiellement de celui du ROQUET dans sa version 1.

Il s'agit de deux bi-cylindres à simple effet dont la cylindrée totale est de 1 cm3.

Il est possible que ce ne soit pas suffisant et dans ce cas, il faudra en construire un autre à double-effet qui aura comme avantage l'inversion de marche ... Mais pour l'instant je dois me contenter de ce que j'ai en réserve et je manque de matériaux pour me lancer immédiatement dans cette construction...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

manivelles et chapes


Là, il me faut les usiner ...


Quelques trucs pour une manivelle :
Cliquez pour agrandir l'image
Rond de laiton avec chanfrein pour la brasure.
Plat de 2 x 10 coupé grossièrement.
Cliquez pour agrandir l'image
Blocage pour la brasure à l'argent.
Bien à plat !
Cliquez pour agrandir l'image
Centrage au tour ...
Cliquez pour agrandir l'image
... pour tracer au compas.
Cliquez pour agrandir l'image
Tracer l'axe et le prendre pour repère
pour le perçage du trou de blocage à fileter.
Cliquez pour agrandir l'image
Finition à la lime ou,
mieux, avec une petite meule pour dégrossir.
Cliquez pour agrandir l'image

le bâti

Il est réalisé en alu de 3 d'épaisseur.
Les deux flancs seront provisoirement réuni par de la tige filetée M3 à environ 65 mm de distance : quand le système d'embrayage sera dessiné puis réalisé, il faudra fixer les flancs plus sérieusement.

Le bâti du moteur sera vissé : il est assez large pour que les trous de vis M2 ne gêne pas le fonctionnement mais il faudra les ébavurer soigneusement pour que la glace reste parfaite.

Lors du montage, se servir des repères en rouge pour que l'axe soit parfaitement aligné.
Cliquez pour agrandir l'image
Découper les deux flancs, les finir à la fraiseuse en les superposant,
percer 3 trous pour les solidariser par vissage,
Ainsi on pourra percer, bien alignés, les trous devant recevoir les roulements
et le trou de 3 qu'on agrandira après le réglage à 3,5.
:
Cliquez pour agrandir l'image
Les 2 flancs obtenus. Petites découpes latérales
et perçage pour aérer la présentation !

une installation plus rigoureuse

a été utilisée ensuite. Elle permet de s'assurer que le diagramme de distribution est bien respecté.
Pour ce faire, on utilise deux plats de laiton : le premier se plaque le long du bâti et le second de largeur 5 dans ce cas vient se placer sous le bord externe du roulement à épaulement dont le diamètre est de10 (12 largeur du bâti = 10 ; 1/2 diamètre du roulement = 5 < 10 - 5 = 5).
Pour un autre modèle, il faudrait calculer cette cote ...

Bloquer le bâti, serrer les plats, retourner et visser en vérifiant vis après vis que rien ne bouge.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Montage des flancs, installation des moteurs, et alimentation provisoire avec une tuyauterie de récupération (vive les fonds de tiroir !)..

Lors des essais, cette tuyauterie sera seulement enfoncée dans les trous du bâti du moteur ... Cela tient, un peu !
Cliquez pour agrandir l'image
Après un test sur le fonctionnement du moteur, essai d'un système d'embrayage simplifié qui évite d'utiliser une roue de chant (que je n'ai pas en réserve) et qui prend moins de place.
Apparemment, une solution qu'on peut retenir  ...

embrayage et débrayage

Il faut pour roule ou naviguer commander (embrayage) l'un ou l'autre des deux pignons, tout en assurant un moment de débrayage. Le système décrit ci-dessus semble le permettre.

La largeur réelle du montage n'est pas encore connue (présence ou non d'une pompe) ce qui explique pour l'instant la présence de bague d'espacement (1).
Cliquez pour agrandir l'image

Pour assurer les essais, il a fallu construire une semelle en alu de 6 d'épaisseur.

Le montage :
. 1 : bague d'espacement en alu de diamètre 8 percé à 4,1
. 2 : bague d'entraînement en laiton de diamètre 8 percé à 4.
. 3 : pignon avec "toc" d'entraînement (vis M2 en acier)
. 4 : amélioration du "toc" : petit tube de 2 x 3 qui tournera et aura tendance à repousser le taquet du pignon.
. 5 : amélioration prévue : rainurage sur l'arbre pour assurer un entraînement et un maintien parfaits du "toc"

Le pivot de commande est maintenu serré avec l'ajout d'un ressort qui permet un léger décalage vertical rendu nécessaire par le levier de commande (tout au moins avec cette première version)

Cliquez pour agrandir l'imageLa semelle en alu de 6 d'épaisseur. Malgré sa taille imposante pour notre petite fraiseuse, l'usinage est possible en utilisant une fraise de 8 à 2 dents qui réduit les vibrations.
Ici, opération de perçage avant le filetage à M2.
Noter l'ouverture qui permettra à la chaîne de descendre vers le pignon des roues.
Cliquez pour agrandir l'imageUsinage de la fourchette dans un plat de laiton de 2 x 15.
Quand elle sera montée, cette fourchette ne devra pas toucher l'arbre et pour réduire le frottement, on ajoutera 2 rondelles en téflon de 0.25 de chaque côté..
Cliquez pour agrandir l'imageMontage +
Sur la droite, le "toc" d'entraînement est soudé à une roue dentée de 15 dents qui devrait, peut-être, permettre l'entraînement d'une pompe de ré-alimentation de la chaudière.
Cliquez pour agrandir l'imageCommande provisoire qui grâce à l'"élasticité" du pivot de commande (ressort), permet le blocage en 3 positions : débrayage au milieu et embrayage de chaque côté.
Pas encore de plan car il existe une autre solution plus difficile à réaliser à cette échelle mais plus mécanique.

Par contre, si on utilise un servo, on n'a plus de contraintes car c'est lui qui décidera de la position et la maintiendra ...
Cliquez pour agrandir l'image

le pignon

On lui ajoute un ressort qui va le renvoyer en arrière lors du débrayage.

Quand le téton a été soudé, on le perce entièrement à 5. On introduit un tube de laiton de 4 x 5 et on le fait déborder de 2 mm vers l'avant : soudure à l'étain en l'enduisant bien de décapant pour que la soudure pénètre à l'intérieur du trou de 5. Reprise au tour pour supprimer un dépassement du côté fourchette.

Il faut trouver un ressort de diamètre intérieur 5 et les premières spires vont venir se serrer sur le tube qui dépasse.
Ensuite, il faudra couper le ressort à la même longueur que le "toc" (vis M2)

Cliquez pour agrandir l'image
Un perçage délicat car le "toc" doit se trouver à 5.5 mm du centre !

On y arrive en serra le pignon dans l'étau et approchant jusqu'à le faire toucher un foret à centrer de diamètre 3.
Percer ensuite à 1.6.
Cliquez pour agrandir l'imageGarder le montage et présenter le taraud M2 pour obtenir un filetage bien perpendiculaire.

Sur cette photo, on aperçoit bien le tube de 4 x 5 qui dépasse avec ses traces de soudure, il faudra enlever cette partie au tour pour un bon contact avec la fourchette.
Cliquez pour agrandir l'image
Pour cette machinerie, 4 pignons ont été préparés pour utiliser la chaîne de type VAUCANSON (chaîne Galle) trouvée chez l'OCTANT mais dont le pas est différent de celui de MECCANO : 1 de 8 dents, 2 de 12 dents et 1 de 24 dents.

Pour les fabriquer, il suffit d'aller voir au paragraphe 93 de cet 
usinages 5
Montage pour l'essai qui va suivre.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

le levier de commande, des explications, des réglages


A - Une plaque en laiton qu'on superpose au support en alu, dont les 1/2 trous de blocage devront tangenter le rond de 2.

B - Un ressort qui permet un léger déplacement vertical et assure bien le placage du rond de 2.

C - On peut assurer la position du levier contre les vis de fixation en le reprenant à la lime plutôt que d'agrandir les trous de fixation de A.

D - Un autre petit réglage possible, en ajoutant sous le support une cale en téflon de la bonne épaisseur.

E - Des lumières pour la fixation de la partie fixe du pivot afin d'empêcher, latéralement, la fourchette de toucher l'axe.

F- Les cotes pour le montage des disques d'embrayage : le "toc" est réglable en longueur (vis M2). On notera aussi une idée pour que le pivot d'entraînement "rejette" le toc avec un petit tube qui tournera.

G- A la lime ronde très fine, reprendre le fond des 1/2 trous en les alignant sur le rond de 2.

Le levier de commande doit être bloqué dans une position ou une autre pour assurer à un seul disque l'embrayage.



Cliquez pour agrandir l'image
Le support a été récupéré sur une réalisation ancienne qui ne servira à rien ...

Et que l'on peut voir dans cet
moteur 1.35 avec inverseur
Cliquez pour agrandir l'image
Un premier montage avec des vis à tête fraisée, et ce n'est pas évident car les têtes dépassent un peu à cause du manque de profondeur ...

Un montage plus sérieux :


On voit que le levier vient bien en position contre les vis de montage et que le 1/2 trou de blocage de chaque côté recevra bien la tige de commande de diamètre 2.
Un petit ressort a été ajouté pour assurer un bon placage au fond des 1/2 trous de positionnement.
Par contre, pas de téflon, inutile.
 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image



Ce montage semble fonctionnel, Mais il y a plus simple et évitant pas mal de réglage ...
Sur cette photo les crans qui assurent le blocage du levier n'ont pas encore été creusés.
On retrouvera cette idée dans la seconde partie de cet 
moteur à tiroir cylindrique double-effet
Cliquez pour agrandir l'image

montage de la machinerie pour des essais à la vapeur

Cette fois il faut passer à la finition des deux bâtis (glaces) et à la tuyauterie qui va les réunir.
On ajoutera aussi un graisseur.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
On ajoute les raccords : sur le sommet, l'arrivée de vapeur; sur le côté et à l'arrière, l'échappement.
Soudure à l'étain.
Cliquez pour agrandir l'image
Il faut toujours se méfier de la soudure à l'étain qui suit le décapant qu'on a mis ... L'un des trous s'est bouché mais on peut le reprendre  ... à la perceuse !
Cliquez pour agrandir l'image

le graisseur et le montage

toujours de la récupération. On se contentera de modifier sa tuyauterie.

Ce graisseur ayant été brasé à l'argent, aucune crainte pour ajouter des tuyaux et des raccords soudés à l'étain.
Par contre, le tube de vidange n'a pas été installé pour l'instant : on se servira d'une seringue.

Les plans de ce graisseur se trouvent dans cet
moteur 1.35 avec inverseur
Cliquez pour agrandir l'image
Prévision d'une bague pour raccorder l'arrivée de vapeur de la chaudière.
Cliquez pour agrandir l'image
Petit problème pour assurer la bonne hauteur du raccord menant au distributeur : le tuyau est trop court pour assurer une courbure correcte, alors on chauffe cette extrémité, on introduit un tube de 4 x 5 et on plie pour ajuster la hauteur facilement sans déformation.
Cliquez pour agrandir l'image

La plus grand attention doit être portée sur le positionnement des raccords aux bâtis afin d'éviter toute fuite lors du serrage (points entourés en rouge sur le croquis).
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

la suite avec d'autres "bricolages"

Cliquez pour agrandir l'image

démarreur à "friction"

Un procédé déjà utilisé qui consiste à faire bouger une roue dentée solidaire de l'axe moteur.

On retrouve ce système dont on va réutiliser certains éléments dans cet 
moteur 1.35 avec inverseur
Cliquez pour agrandir l'image
Il faut rendre solidaire un pignon de module 1.5 de la bague qui porte le "toc".
Perçage de ce pignon à 6 puis soudure à l'étain.
Cliquez pour agrandir l'image
Perçage à 1.6 puis taraudage bien vertical à M2 pour le toc.
Cliquez pour agrandir l'image
Nouvel ensemble qu'il va falloir titiller pour le démarrage.
Cliquez pour agrandir l'image
Il faut construire un nouveau support en alu de 3 d'épaisseur.
Ce support sera fixé par vissage sur le flanc de la machinerie à travers un plat en laiton de 1 mm d'épaisseur.
Ici superposition en se servant de l'axe.
Cliquez pour agrandir l'image
Des perçages à 1.6 pour obtenir par superposition le perçage précis du nouveau support ou de celui flanc.
Ces trous sont ensuite repris au diamètre de 2 ou, petit problème, 2,1.
Cliquez pour agrandir l'image
Montage terminé .
Attention,des vis de 3,5 de longueur pour ne pas gêner le glissement du démarreur rendu bien adhérent par un petit ressort.
Cliquez pour agrandir l'image
Le déplacement est très léger, à peine une dent grâce au calage des cylindres à 120°.

fraisage à 120° des extrémités de l'axe moteur

Le diviseur de mon tour ne permet pas le passage de cet axe trop long.
//Cela m'est arrivé, et je me servais d'une équerre pour le positionnement dans l'étau ... pas vraiment le top.
Voici un "bricolage" qui permet d'être plus précis.

Cliquez pour agrandir l'image
Prendre des bouts d'hexagonal )et les percer au diamètre le l'axe, ici 4. Deux sont munies d'une vis de serrage M2.

A noter qu'on pourra s'en servir pour un axe de diamètre 3 en y introduisant une bague de 3 x 4 en alu. Bague à refendre sur la longueur.
Cliquez pour agrandir l'image
Préparation de l'axe avant fraisage.

Bien à plat, on bloque les bagues d'extrémité à 120°  après avoir placé la bague centrale de positionnement dans l'étau.
Cliquez pour agrandir l'image
Mise en place dans l'étau la vis de blocage face à la fraise.
Le serrage correct est obtenu par la bague centrale
Ensuite, on retourne le montage pour procéder au second fraisage.
Cliquez pour agrandir l'image
Un montage correct pour cet arbre ... Plus correct qu'avec ma première méthode !

modification de l'arbre


L'entraînement par "tocs" donnent des vibrations qui favorisent leur desserrage.

Une idée, fraiser l'arbre à l'emplacement de ce serrage : fraise de 2.5 et fraisage sur 1 mm de profondeur.
Pour un repérage aisé, le mieux est de fraiser dans le prolongement du fraisage précédent.
 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

vers un essai en "situation"


avec un montage de contreplaqué qui reproduit le positionnement de la machinerie et de la transmission des chaînes.
Si la chaîne de la roue à aube est à la longueur prévue, celle pour l'entraînement des roues est trop longue ...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image


A suivre avec l'essai d'un montage de pompe ...
Nous ne sommes qu'en février, il y a encore du temps avant le mois d'août...
Cliquez pour agrandir l'image

album en construction ...

Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2020 Tous droits réservés.albums mis à jour le : lundi 22 février 2021